Role play sur une base des Loups-garous de Thiercelieux… et autres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NOEL, bloody Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Lucill
Admin
avatar

Date d'inscription : 16/06/2013
Localisation : Strass

MessageSujet: NOEL, bloody Noël   Mar 17 Déc - 18:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Une bise glacée balayait la cour basse que je traversais quasi en courant, le pas vif et sûr, mes pieds nus bien accrochés dans mes caligae. Je serrais ma pèlerine plaquée sur ma robe de bure blanche, de manière à ne pas laisser au vent le loisir de geler définitivement mes coucougnettes, déjà réduites à l'état de pruneau. Mon Dieu, à quand un rayon de soleil ? Toute cette neige qui recouvre les bois et les champs prépare certes de futures richesses, mais tes Enfants en payent le prix de la rigueur. 


Pourquoi diable le donjon de ce castel a été bâti dans le coin nord-est de la cour haute et pas au milieu, comme il sied à tout château ? Enfin, je parviens à la porte et m'engouffre dans la salle des gardes, où un feu pétille dans l'âtre immense. 

Je m'arrête quelques minutes, le temps de m'habituer à la chaleur, dégage les pans de ma pèlerine, et entreprends de grimper l'escalier étroit qui mène aux étages.
Une missive vient certainement d'être remise, et l'impatient Seigneur des lieux m'a fait mander en urgence. J'ai dû expédier l'extrême-onction à la vieille Babette qui aurait fêté ses 45 ans dans deux jours, Dieu ait son âme.

Je monte posément les marches, et pousse l'huis. Le maître de céans a l'air chagrin du petit enfant qui ne comprend pas comment fonctionne son nouveau jouet, la mine sombre devant un parchemin déroulé.

On me tend un verre de posset* parfumé aux herbes, on me pousse le parchemin sous le nez, on ne me prie pas de m'assoir et je déchiffre la missive fortement ornée.

Je lève la tête, regarde mon Seigneur et lui dis simplement : « On est d'accord, Messire ».
Messire sourit, satisfait, pendant que dans un coin du solar, j'entends un sanglot réprimé. Il l'entend aussi, et tonne :

La paix, Bérégonde !! Votre mariage est décidé, et il se fera !! Oncques n'ai vu fille aussi malgracieuse. Un mari riche, doté et duc de surcroît. De quoi vous plaignez-vous ? Vous serez duch...

Mais, il est laid ! Et il est bossu ! On me l'a dit ! Crie-t-on d'une voix suraigue.
Et sanglotante, la jouvencelle s'enfuit dans l' escalier menant vers sa chambre.


Le père serre les poings et lâche un gros soupir d'énervement.
L'abbé, vous veillerez à ce que les préparatifs soient faits correctement. Je vous charge de regrouper tous les éléments de manière à ce que ce soit parfait. Vous me manderez mon surintendant. Nous fêterons ce mariage le lendemain de la Noël. J'ai dit !

Et les invitations furent envoyées. Et le mariage fut proclamé. Le jour de Noël, tous furent invités à la table seigneuriale, nobles au haut bout, manants au bas, ou aux cuisines... mais tous auraient droit à un bout du festin. Double liesse au château.

On attendait les invités.  




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://werevolves.forumactif.org
Ptit bout

avatar

Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 46

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Dim 22 Déc - 12:56

Je suis ce que l'on appelle un bâtard , le bâtard du Baron de la Tronche en Biais. Le Baron de la Tronche en Biais avait épousé une jeune nobliaude sur ses soixante dix ans. Le gaillard avait beau être très porté sur la chose, il n'avait pas réussi à engrosser la dame. Ce qui aurait pu être sujet de raillerie si il n'avait eu l'idée de faire appel à un écuyer pour se charger de faire ce qu'il ne pouvait plus faire.

L'écuyer quitta donc la baronnie rapidement, une fois ce service accompli et tout ce que je sais c'est qu'il coula des jours heureux dans une petite fermette qu'on lui donna chez un cousin du Baron, du moins comme un serf pouvait couler des jours heureux.

Quand mon père adoptif mourut, ma mère me raconta tout cela et je compris soudain pourquoi j'étais plutôt bel homme et je n'avais pas hérité de la verrue sur le nez de mon géniteur officiel.

Je viens de rentrer d'une tournée d'inspection sur mes terres. Je profite devant le feu de ma femme, enceinte de mes œuvres, j'en suis sûr la ceinture de chasteté était bien en place quand je suis rentré la dernière fois quand un page vient interrompre nos ébats en tapant sur la porte. Je me fous bien qu'on dise que ça pourrait être dangereux pour la santé de l'enfant, c'est ma femme qui a insisté de toute façon, et elle sait être convaincante.  

Je grogne :

- " Qu'on ne nous dérange pas ou je fais rosser le maroufle qui se permet d'interrompre sa seigneurie de la Tronche en Biais  dans des affaires de la plus haute importance. "

Ma femme ne peut se retenir de rire parce qu'elle trouve que je n'ai pas la tronche en biais et que je n'ai pas l'air d'une seigneurie , les braies sur les genoux.

L'insolent continue son tapage. Je remets mes braies et jette sur ma dame la couverture que nous avions envoyée promener.

Le page, âgé de huit ans à peine, jetant prudemment un coup d’œil dans l'encadrement de la porte me lance :


- " Sire, un pli pour vous ... c'est urgent à ce qu'on m'a dit. "

" Que peut-il y avoir de plus urgent que de satisfaire ma femme ? "

Agacé, je prends le pli , le décachette et constate que l'on m'invite à une fête, autant dire que dans notre système de relations, c'est une convocation . J'embrasse ma femme :


- " Ma mie, ne m'attend pas pour le jour de noël, je suis obligé de me rendre à une fête et comme tu es enceinte et que les chevauchées ne sont pas recommandées, tu resteras ici."

- " Mais."

- "Y'a pas de mais, ma douce. C'est moi l'homme et tu n'as rien à dire. Prépare ma cape de voyage."

Je rappelle le page qui était parti se carapater au cuisine, et bouscule les gardes à ma porte :

- "Thibault, fais seller Fend la Brise et ton âne et prépare nous des rations. Tu m'accompagneras au château puis tu reviendras  ici. "

Je rejoins ma mie qui , coquine m'offre se croupe et son poitrail insolent, echevelée.

- " Willibert; Ne va pas nous prendre un coup de sang parce que c'est un mariage forcé", soupire ma femme.

Je lui mets une claque sur les fesses et soupèse ses seins offerts  .

- " Tais toi femme. Et prend soin de toi. Je ne ferai pas d'esclandre. Puis je tiens trop à tes fesses pour aller risquer les miennes.  "

Et me voilà maintenant à l'entrée de la grande salle , attendant que le freluquet qui sert d'annonceur annonce mon nom, Willibert de la Tronche en Biais, un nom qui peut prêter à rire mais qui est vite oublié quand on voit l'élégance de celui qui le porte et sa façon de se servir de son épée de famille au lit comme en tournoi.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Tamyou

avatar

Date d'inscription : 07/07/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Dim 22 Déc - 13:48

Grande fête au chateau il y a bien longtemps, les bels et les beaux nobliaux, nobles gens...

J'accorde ma harpe et regarde ma compagne de voyage, une belle danseuse aux formes voluptueuses. On annonce un mariage ducal, l'occasion pour nous de faire quelques sous et pourquoi pas si mes chants plaisent aux belles dames et ses danses plaisent aux beaux messires faire quelques écus en échanges d'amour courtois et de plus si il le faut.

Mon costume est propre, j'ai un colant de laine bleue, assez épai, tricoter par feu a mère, une tunique en laine également, verte, tricoté par feu ma femme. Un chapeau bleu nuit avec un belle plume de paon, ramassé par hasard. Mes chausse brune en cuir empêche mes pieds de gelés par ces températures.
La chance ne m'a guère sourit depuis le début, pas de père, orphelin à 15 ans mais une voix suffisament belle pour que la seritude me soit épargner. J'ai fuit les églises et leurs pratiques douloureuses pour devenir menestrel à la voix grave et douce.

J'ai croisé Esmée par hasard dans les rues de Paris il y a quelques mois, ce bourg sale ne convenait pas à cette jument sauvage et je lui ait proposé ma compagnie. C'est plus la perspective des banquets que ma frimousse, pourtant pas rebutante qui à attirer la belle.

Elle ne remplacera pas ma Marie cependant, morte en couche et notre fils mort avec elle.

Les sombres pensées derrières moi, je prends d'un bon pas la direction du chateau que lo'n m'indique avec force de hourra et de Noël. Un imposant cortège s'y rend déjà, je croise quelques confrère mais je n'ai aucune inquiètude, auncun ne m'arrive à la cheville.

Ma harpe et ma viole égayeront les coeurs de ceux qui ont de l'argent mais pas d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
zabrion



Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Dim 22 Déc - 18:34

le jeune zabrion courait  dans les bois a la recherche de ne sais quoi , il était pas fils de roi du moins ma foie il le savait pas .il courait par ici ,il courait par la, a l écoute de se que le vent lui murmure a l oreille .il arriva devant la porte du château .
entré il voulu ,mais le garde ne voulu po.

"oust lui crie t il petite fouine   "

petit petit qui est petit  plus grand que vous je suis ,d une tete je vous dépasse et toute mes quenottes j ai encore gardien de la porte  il rit a pleine dent en faisant une révèrence

puis il s en vas a grand pas,  il suit  a  nouveau la bise glaces le long des murs fortifier  .
puis regard la grand muraille ,

"si je puis rentre par la bas je rentrerai par la  ma foie "

t elle la martre des  bois il monte le long de la pierraille  , sa main glisse de temps en temps dans les interstice verre glaces mais a  chaque fois il se rattrape ces de bon alois ...

il regard vers le bas puis vers le haut

"plus de la moitier j ai déjà fait "
une bourrasque de decembre lui frappe le visage qui fait volé ces cheveux blond comme un furibonb

il grimpe tout le long ,le voila sur le chemin de ronde  ...
"par ou ! doit  je allez "il hume l air frais qui lui apporte douce odeur des cuisines du seigneur ...
"par ma foie je vais vers le bas" ...
la neige craque sous ces pas ..."ne faire de bruit je ne doit "

la vigie dort a poing fermé pres du braséro une cruche de vinasse a ces coté.

zab passe a ces coté a pat de loup  , le détrousse de ca bourse ,de la dague  qu il glisse dans son ceinturon . puis lui prend la cruche avent qu elle se casse .s assoit sur une marche a l intérieur du mur de garde, la vide par ce qu il a fort soif...
Revenir en haut Aller en bas
sourispunk

avatar

Date d'inscription : 03/12/2013
Age : 49
Localisation : dans les sapins

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Dim 22 Déc - 20:14

cavalant les bois et les prairies , arrive a mon domaine ,une missive sur ma porte ;
la decroche , et puit la lit .

houla m' est c' est en ce moment , faudrasse que je me fasse  rapide alors

Jette la missive , et part au galops.

Arrive a l'entre du château , traverse le pont levi  sans ralentir .
Dans la cour central :
attache mon cheval aux crochets , regarde autour de moi , les gens arrivent de toute part .

Personne que je connais a priori .

Décide de rentrer , déjà beaucoups de monde est la , je remarque une jolie damoiselle,
mais etant trop timide , décide de rester la dans mon coin a regarder tous ce beau monde .

Au passage chope un verre et bois tranquilement .
etant un solitaire un peut timide , décide d 'observer un peut le temps de voir avant que cette fete ne commence vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Eloradae

avatar

Date d'inscription : 15/12/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Lun 23 Déc - 13:13

- Aïe ! je me suis encore piquée ! La jeune Alexiel regarda la goutte de sang tomber de son doigt et s'écraser mollement sur son ouvrage en fine dentelle blanche. Mais au lieu d'un mot gentil, elle ne reçut qu'une tape derrière la tête.
- Petite idiote, cela fait la cinquième fois en deux jours ! Tu vas apporter le tissu aux lavandières, en espérant qu'elles sauront enlever la tâche, sinon je peux t'assurer que je veillerai personnellement à ce que tu n'aies rien à manger ce soir ! Comment voulez-vous que je prépare la décoration de la grande salle pour noël avec des dégourdies pareil !

Alexiel fit une révérence et sortit de la pièce sous les moqueries des autres femmes. Ses doigts étaient douloureux mais peu lui importait. Elle avait enfin réussi à se débarrasser d'une tâche qui l'incommodait, et le jeu en valait la chandelle. Dans quelques jours, le seigneur du lieu organisait une grande réception et tout le monde était invité. L'agitation était à son comble, tous les serviteurs du château courraient à en perdre haleine et même les demoiselles de la cour avaient été réquisitionnées pour mettre la main à la patte. En réalité, elle n'était pas à plaindre. Fille d'une nourrice de la cour qui avait toujours très bien fait son travail, Alexiel bénéficiait d'une bonne éducation. Qui plus est, être la protégée de certaines dames lui assurait la possibilité de trouver dans le futur un bon parti.

Après un petit chapardage aux cuisines pour s'assurer de ne pas mourir de fin au soir, elle enfila sa cape et prit place dans la foule innombrable qui se bousculait devant le donjon. Enfin, elle se rendit aux écuries, son lieu préféré. Jamais elle n'avait vu une telle quantité de chevaux rassemblés et d'une telle diversité ! Son seigneur avait vraiment vu très large ses invitations ! Les garçons d'écurie ne semblaient plus savoir où donner de la tête. Comme à son habitude, Alexiel alla les aider, malgré leurs réticences. Ils savaient de toute manière qu'il était inutile de discuter. Le père de la jeune fille était en effet le responsable des écuries et s'occupait de toutes les bêtes du château. Elle avait l'habitude depuis son enfance de l'aider et toutes les égratignures subies dans le cadre de ce travail étaient pour elle des blessures de guerre, au contraire de la piqure d'une aiguille. Après un long moment à panser les chevaux, elle vit enfin celui qu'elle espérait trouver.

- Papa ! s'exclama t-elle en sautant dans le dos d'un grand homme brun à la barbe hirsute. Tu as vu tout ce monde au château ? c'est formidable ! Il va y avoir quantités d'activités ! et tu as vu tous ces gens bien habillés ? et surtout leurs chevaux, c'est FOR-MI-DABLE !

Ulrich sourit. Du haut de ses 10 ans, sa fille ne perdait jamais une occasion de venir le voir, malgré les réticences de sa mère. Cette dernière estimait en effet que cela ne convenait pas à une jeune fille de la cour. Alexiel était partie dans son babillage habituel.

- Et j'ai vu plein de ménestrel ! Y en a un surtout qui avait une très belle harpe et j'ai entendu le mot "Paris". C'est loin Paris dit papa ? Mais avant que son père n'ait pu répondre elle avait enchaîné. J'ai aussi vu plusieurs seigneurs très élégants et plus important encore, des ours ! va y avoir des spectacles d'ours. Est-ce que tu vas te charger d'eux papa ? si oui, je pourrai leur faire un câlin ?

Ulrich fronça les sourcils, ce qui eut comme résultat de faire taire la jeune fille.


- Je n'aime pas les montreurs d'ours, ce sont des êtres cruels. Ne t'approche ni d'eux, ni de leurs bêtes. Leurs procédés sont extrêmement cruels et nul ne sait comment peut réagir une bête sous l'effet d'une douleur constante, associée à l'espèce humaine.

Alexiel hocha la tête en signe d'obéissance mais son air était très triste. Son père savait toutefois comment y remédier.

- Et si tu allais dans la grande salle pour observer les invités du château ? J'ai malheureusement trop de travail ici et j'aurais bien besoin de quelqu'un pour me raconter les évènements. Je ne peux pas m'en remettre à ta mère, elle ne fait attention qu'aux détails futiles. Puis-je compter sur toi ?

Mais avant même qu'il put terminer sa phrase, la jeune fille était déjà en route, prête à accomplir sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
zabrion



Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Lun 23 Déc - 19:04

il descend les marches , d un coup  se cache  .
voit pages fumant pipes en bois a l abrit du regard de leur  maitre.ils jacasses du mariage
de la fille du seigneur qui aura lieux au chateau . que tout les gens de la conté , que ce soient seigneurs ou manants,tous auront plaisir a la noce . apres leur courte pause ils retournent a leur vacation avant qu ils se prennent coups de batons .

zab descend les dernieres  marches  le voila dans la grand cours

"tout le monde est  invite y a de quoi remplir la panses et peu etre meme  la bourse "
il se frotte les mains

un baron descend d une chariotte , tenant par la main se douce dame , ils prennent direction de la grande citadelle ou les festivites auront surement lieu .


"que nenni je ne puis allez a la noce ainsi "


il traverse la grand coure , commence a fureté autour des calèches qui sont bien alignés.

"personne a droite ,personne a gauche"

il entre dans la plus somptueuse ouvre une malle , trouve de belle cuissard de chasse  en daim;une une chemise en chanvre .

ainsi vetu avec son gilet en peau on direz un sergent de louveterie .il avance d un pas fier vers la salle du banqué .monte les marche deux a deux  le voila dans st lieux des festivités ,les ménestrels  sans donnent déjà a cœur joies  .
le pied du vagabond qui ressemble plus a un beau sergent maintenant tape la mesure dans le bon temps.

"bien fait de passé par ici plus tot que par le font des bois"...

un cri strident ce fait entendre voila qu un faucon gris et  blanc se pose sur les bras du jeune homme blond .

"tu ma retrouvais ailes d argents "lui caresse le cou du bout des doigts .


Dernière édition par zabrion le Mar 24 Déc - 13:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cara

avatar

Date d'inscription : 09/12/2013
Age : 47

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Lun 23 Déc - 19:23

Ayant reçu l'invitation Erwinne c'est parée de ces plus beaux atours je ne devais pas faire faux bon duc sinon je risquais de m'en repentir

Montant mon magnifique pur sang noir je me rendis au château sans perdre une seconde, serrant ma cape noir autour de mon corps gelé, arrivée au château me présente à l'écurie ou l'on s'occupe immédiatement de mon cheval, assez nerveux sois dit en passant vu le nombre de jument présente à l'écurie, me hâte vers la grande salle déjà remplie de monde

Passe devant le garde et retire mon capuchon délivrant ma masse de cheveux blond et lui souri

- Bonjour " dis je en le dépassant "

Observe la foule en quête de visage familier, remarque dans un coin un homme regardant la foule d'un air timide et lui souri avant de continuer mon tour des personnes présentent

Prend un verre sur le passage d'un page et fais quelques pas dans cette foule, me tourne et vois entrer un jeune homme bien vêtu ressemblant à un militaire, mais sachant qu'il n'en est rien souri et viens l'aborder

- Vous venez vous divertir à la cour en ce jour de liesse messire " me penche et lui murmure " Eviter les bourses trop grosses pour vous


Dernière édition par M Cara le Lun 23 Déc - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby

avatar

Date d'inscription : 09/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Lun 23 Déc - 20:14

Comme  à son habitude, et ce, malgré un froid glacial au-dehors, Hubert de Mornevent, premier fils du Comte de Mornevent, allant sur une petite vingtaine d'hivers, s'entraînait seul au maniement de l'épée, son père étant absent du domaine suite à quelque problème en bordure Sud de ses possessions. Jeune chevalier et fierté de sa famille, ce dernier n'tait intéressé que par deux choses dans la vie : honorer son nom, quitte à livrer maints combats et perdre la vie au champ d'honneur, et, chose normale pour n'importe quel homme de son rang, courir après les donzelles, dans l'espoir d'enfin en trouver une qui soit à son aise. Non pas qu'il soit difficile, mais tout de même...

Hélas pour lui, son entraînement fut écourté par la venue d'un messager, qui lui remit une missive marquée du sceau d'un Seigneur voisin. D'un geste, Hubert congédia le messager, avant de soigneusement décacheter l'enveloppe. Il sourit. Les mariages nobles étaient peu courants, et attiraient foule, en général. Toutes les bonnes gens des environs seraient présents, et, parmi eux, toutes les belles jeunes femmes qui n'attendaient que lui.


-François ? FRANCOIS !

François, son jeune écuyer, arriva au pas de course, et, glissant sur une plaque de verglas insidieusement cachée sous une bonne couche de neige, se retrouva au sol, aux pieds de celui qui l'avait appelé.

-Hé bien, je vois qu'on s'amuse, par ici... Tâche de te souvenir que tu ne travailles pas pour moi en tant que bouffon, François. J'ai déjà suffisamment à faire avec mon cadet, qui est d'une stupidité lamentable. En revanche, prépare Ombre Blanche, mon plus beau cheval, car je quitte le domaine pour quelques jours. Assure-toi que je ne manque de rien pendant le voyage, sous peine de le regretter à mon retour.

- Tout sera prêt d'ici les vêpres, Messire Hubert. Puissiez-vous passer un agréable moment, et ne pas commettre d'excès, je vous en conjure.

Le pauvre François s'exprimait dans le vide. En effet, Hubert était parti choisir la tenue qu'il porterait au mariage de Sa Seigneurie, quitte à se mettre bien en valeur. Nullement désireux de s'encombrer de son armure, bien trop lourde et potentiellement inutile, il préféra revêtir une culotte de cuir sombre, lacées le long de la jambe, une chemise légère de soie pâle, avant d'enfiler un long manteau de peau, ourlé de fourrure de lièvre. Il passa une délicate ceinture à boucle en argent, avant d'y ceindre son épée.

Il profita ensuite du temps qui lui restait pour se mettre à son aise, avaler quelque copieux repas, de façon à taire les grondements sourds qui montaient déjà de son estomac. C'est qu'il avait manqué celui de la mi-journée !
Enfin, le soleil se couchant, il fut dérangé en pleine séance de sieste par son écuyer, lui annonçant que tout était prêt. Il trouva son cheval sellé, les fontes débordant de victuailles, qu'il enfourcha et lança au grand galop sur le chemin caillouteux, qui devait le mener à sa destination.

Le voyage dura trois jours pleins, avant d'enfin arriver en vue du beau château que voilà. Une petite merveille d'architecture défensive, prouesse originale que d'excentrer ainsi le donjon. Il ralentit l'allure, avant de mettre pied à terre, une fois rendu dans la basse-cour. Il laissa alors son palefroi à un jeune garçon d'écurie, avant de monter en direction du donjon, qu'il pénétra une fois son invitation présentée aux gardes. Aussitôt une agréable sensation de chaleur envahit notre homme, qui dut en retirer son manteau.
Plus loin, au niveau sûrement de la grande salle de réception, on put entendre :


-Messire Hubert de Mornevent. Fils du Comte de Mornevent, absent en ce jour.

Voilà ce qu'il attendait. Il pénétra donc la salle emplie de convives, avant de se diriger dans un coin, pouvant à la fois observer et être observé. Il ne connaissait absolument personne dans ce fatras de nobles en tous genres.
Revenir en haut Aller en bas
Sartek

avatar

Date d'inscription : 04/12/2013
Age : 29

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mar 24 Déc - 0:21

*Un mariage? Quelle bonne idée. Cela fait fort longtemps que je n'ai pris part à de telles festivités. Et qui sait, peut-être passé la nuit avec une des convives.*

Sur le chemin menant au château, Deckard repensait aux évènements qui l'ont mené à accepter cette invitation.
Une lettre, promesse d'une nuit de fête. Et qui dit nuit de fête, dit possibles rencontres. Bien qu'étant issu d'une noble famille, il n'avait jamais connu l'amour, le véritable. Son lit fut plus d'une fois occupé par de jeunes femmes, mais jamais il ne s'était senti près à entreprendre une relation. Peut-être ce jour allait tout changer, peut-être pas...
Mais ce qui le motivait le plus à y aller, c'était la possibilité de réclamer au Seigneur de ses terres son dû. Ce pourceau lui devait une belle somme, pour divers hmmm... services rendus des années auparavant. Il était connu comme un homme bon par le peuple, mais peu connaissait son autre côté, son côté avare, qui n'aime pas dilapider sa fortune à tout va. Deckard le connaissait depuis fort longtemps à présent, mais jamais il n'avait osé demander ce qui lui revenait de droit.

Un frisson le parcouru quand un vent glacial s'engouffra sous ses vêtements. Pourquoi diable avait-il choisi Noël pour le mariage? Par pur symbolisme? Pour se faire bien voir auprès des prêtres, des évêques, et toute la clique chrétienne? Quelle idiotie.
Mais qu'elles qu'en furent les raisons, le jeune homme ne pouvait rien y changer.
Il resserra un peu plus son manteau de fourrure, et failli faire tomber la dague qu'il portait toujours sur lui. Les brigands étaient légion par chez lui, et s'aventurer seul, ou dans le cas présent, presque seul, équivalait à un aller simple au royaume des morts.

Au bout d'un chemin qui semblait interminable, un formidable château se dressa, énorme et étrange silhouette qui se découpait à l'horizon.
Deckard se retourna, et s'adressa au paysan ayant accepté de transporter tout son matériel. Tout comme la dague, jamais il ne partait sans tout ce qui, pour un œil non initié, ressemblait à un bric-à-brac. Mais si l'on savait voir au-delà des apparences, si l'on pouvait utiliser tout cela comme il le fallait, alors cela pouvait avoir une tout autre utilité, une utilité plus importante.


Et voilà mon ami, dans un moment, nous serons arrivés à destination. Je vous paierai comme convenu la moitié de la solde. Vous aurez le reste quand vous reviendrez demain.

Le vieil homme acquiesça silencieusement. Le promesse d'une récompense aussi grande pouvait tenter même le plus idiot du village à entreprendre le plus haut risque. Surtout quand un homme du statut de Deckard venait en personne quérir ses services.

Devant les portes du château, les gardes les firent s'arrêter, simple routine.
Deckard lui déclina son identité, et expliqua la présence l'autre homme derrière lui. Devant l'air interloqué des hommes de main du Seigneur, il s'exprima plus clairement.


Vous n'êtes pas sans savoir que lors de tels évènements, il n'est pas rare que l'un des convives boive plus que de raison, et entraîne une certaine cohue parmi les invités. Vous voyez où je veux en venir?

Oui Messire Deckard.

Vous comprenez donc que j'ai besoin de tout ce matériel avec moi.
Ne vous en faites pour ce brave homme, il retourna chez lui une fois que tout sera entreposé en sécurité. D'ailleurs...


Il tira de sa poche une poignée de pièces d'or, et les leur montra.

... Si vous ou l'un de vos camarade pouvait s'assurer qu'il rentre indemne...

Les gardes se regardèrent, puis se mirent de côté, laissant le champs libre aux deux voyageurs de rentrer dans la cour. Deckard les remercia d'un hochement de tête, puis fit signe à son compagnon de fortune de le suivre.

Une fois dans la cour, il alla atteler son cheval, et paya gracieusement le garçon d'écurie pour y prendre grand soin. Il alla ensuite aider le vieillard à vider sa charrette, à tout ranger dans ses appartements, qu'on lui avait indiqué avant. Comme promis, il le paya, et le laissa s'en aller, espérant que rien ne lui arrive de bien méchant lors du retour.

Il épousseta son manteau, et se mit en marche en direction de la salle de réception.
Après s'être fait annoncé, il alla s'asseoir, de façon à pouvoir observer le plus grand nombre de femmes présentes.
Revenir en haut Aller en bas
Estel

avatar

Date d'inscription : 04/12/2013
Age : 17
Localisation : camp mercenaire

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mar 24 Déc - 8:45

La jeune femme était sur la place du village quand la nouvelle du mariage au château lui parvint. Elle venait de fêter ses 21 ans , et était élevée par sa grand mère.

Robie était habituellement habillée de noir et portait une jolie cape de velours rouge. ses cheveux étaient longs noirs et elle avait une mèche rouge

Elle alla voir sa grand mère. Toutes deux tenaient l'auberge de la ville. le rez de chaussée était occupé par la taverne et l'étage réservé aux chambres de l'auberge.

La vieille femme tenait une missive , une invitation au mariage au château.
La jeune femme entre et salue sa grand mère en l'enlaçant.

-  bonjour grand maman, que tiens tu là
- tu as reçu une invitation au mariage au château ma petite fille. je suis bien trop vieille pour aller m'amuser à la cour du seigneur.
- ohh merci , mais du coup l'auberge va être bondée, ça va aller ?
- oui, t'en fait pas pour moi, aller file , va t'amuser, et garde ta cape, il ne fait jamais très chaud dans les chateaux.


Elle embrasse sa grand mère très fort et part en direction du chateau
Robie arrive donc au château, elle décline son identité et la raison de sa venue au château .

La jeune femme remarque que les invités sont déjà entrain d'affluer au château. Elle se retrouve au milieu de la foule.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Estel le Mar 24 Déc - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kallindra

avatar

Date d'inscription : 25/06/2013
Age : 33
Localisation : http://shadowslegends.forumactif.org/

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mar 24 Déc - 11:52

Après un cycle de lune de voyage, nous arrivons au terme de notre périple. Par la grâce du Seigneur, personne n'est mort en chemin et les loups ne nous ont pas attaqué. Un sentiment d'excitation gagne notre compagnie et comme un grand soupir de soulagement collectif se fait perceptible. Nous gravissons la dernière pente et arrivons à la porte principale. Là le prêtre des lieux nous attend. Je descend de la carriole et le rejoint. Nous nous étreignons chaleureusement. Nous n'avons pas tant d'occasion de nous voir que cela, en général à la foire annuelle de Trec. Il m'ouvre le chemin jusqu'au presbytère. Nous allons devoir faire vite pour préparer la chapelle pour que je puisse présenter mes respects au seigneur des lieux puis jouer mon rôle de garante pendant la réception du soir pendant que le duc fera sa cours à sa promise.

Les convives sont nombreux. Les tables de banquet ont été dressée. Du tissus et des colifichets servent de décoration. Se marier en hiver empêche d'avoir de belles fleurs mais le seigneur des lieux a fait cela bien. Il y-a même une troupe de ménestrels et troubadours. Je m'approche du siège du châtelain. Il me voit et sourit de toutes ses dents :

- Aaah Abbesse ! Content que vous ayez pu venir.

Je m'incline respectueusement.

- Monseigneur. C'est un agrément partagé. C'est un temps béni et de grâce que vous offre le Très Haut. Je ne pouvais qu'apporter mon concours à votre chapelier.
- Et nous vous en remercions. Entre nous si vous pouviez aller vous joindre à ma fille, je crois qu'elle a besoin de conseils et une oreille féminine dans les pas du Seigneur pour lui rappeler ses devoirs lui feraient du bien.
- Comme il vous plaira Monseigneur.

Je m'incline à nouveau et part rejoindre la promise.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://shadowslegends.forumactif.org/
Tamyou

avatar

Date d'inscription : 07/07/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mar 24 Déc - 13:49

Aucun des piètres musiciens présents ne m'arrivant à la cheville, j'improvise dans la cour du chateau une ballade.
Aux premières notes déjà les badauds s'amassent, ma voix douce et les pas envoutant d'Esmée semblent faire leur effet. Quelques sous déjà tombe quand le capitaine de la garde s'avance.


Ola menestrel, c'est fête aujourd'hui et notre seigneur m'a demander de lui trouver un bon barde pour ravir le soreilles des convives.
Et panser un peu le coeur de sa fille dit-il deux tons plus bas.
Votre compagne cependant ne pourra nous accompagner, le capitaine laisse ses yeux glisser le long des reins d'Esmée, la seule étoile du banquet ne saurait être quelqu'un d'autre que la fille de notre seigneur.


Amusée et voulant faire rire mon public je lui réponds d'une voix enjouée en interrompant mon chant:


Messire de la garde, assurément mon amie est fort belle mais elle n'est que roturière, voudriez-vous dire que si le soleil est taché c'est la tâche que l'on regarde et non la lumière?


Le garde me regarde, sourcil froncé, puis éclate de rire : Bien sur puisque la tâche fait de l'ombre et l'Homme aime l'ombre.
Ce garde me plait bien il a l'esprit agile, j'en suis même étonné.


Esmée se débrouillera bien toute seule, elle me fait signe d'y aller, une invitation pareille ne se refuse pas et elle sait que je partagerai avec elle.


Je suis le garde jusqu'aux portes de la grande salle, nous restons un instant à l'écart, le temps que des grands noms se succèdent. Le capitaine profite du silence respectueux qui suit l'arrivée d'une abesse pour m'annoncer:


Le meilleur menestrel du pays mon seigneur.


Je m'avance, enlève mes chapeau de mes cheveux d'or et m'incline porfondément:


Anselme Messire, pour vous servir et vous ravir.


Un murmure court l'assemblée, je suis plutôt connu dans les grandes cours d'Europe et le seigneur du lieu semble ravi. Il m'invite à entrer.


Je me glisse donc dans la salle et observe les lieux, cherchant les places qui sont réservées aux artistes dans ce genre d'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Hingainos

avatar

Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mar 24 Déc - 16:22

-Puisse le Seigneur avoir pitié de vous pauvres pécheurs. 

Par cette phrase je fini mon sermon sur la place du village, moi Clarus croixdepines. voilà maintenant cinq ans que je parcours sentiers et routes avec comme seule arme ma foi et mon bâton, en tant que messager de Dieu, je parcours la pays pour m'assurer que même dans les endroits les plus reculés chacun puisse entendre sa divine Parole. 

Dans ce village rare sont les personnes à m'avoir écoutées mais je ne désespère pas. Chaque homme pourra accéder aux paradis et c'est mon devoir de les prévenir. 
Après mon passage j'entendit un crieur publique annoncé que tous était convié au mariage de la fille du maître des lieu. 

Jamais je ne tournerai le dos à l'appel de Dieu et à l'anniversaire de son Fils bien aimé. Et manger en quantité ne me déplairait pas. Le problème est que dans chaque fête le Malin se cache et les péchés seront nombreux.

Je pris la route du château ma bure se frottant contre le sol et je pris place dans la file pour enter au château.
Revenir en haut Aller en bas
sourispunk

avatar

Date d'inscription : 03/12/2013
Age : 49
Localisation : dans les sapins

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mar 24 Déc - 23:14

Etant la depuis un bon moment a observer , j"avais pus me rendre compte que  beaucoups comme moi ,apparement ne conaissait persones.

Une belle femme qui a son arrivee , baissant sa capuche , m'avait fait un sourire enjoleur , ce qui d' ailleur m'avait troublé

Un jeune fauconnier ,avec son aigle et le regard fouillant de ses yeux malin chaques convives .

Une menestrel aux cheveux d'or , tres jolie et un regard de feu

un personnage sombre qui de suite était allez s assoir et qui de ses yeux percant , scrutait tous le monde , tous comme s'il voulait les devorrer d 'un coup de dent .

cet homme me fit froid dans le dos .

Au passage d'un serveur je lui demanda :

Connaissez vous cette gente dame a la capuche et a la chevelure soyeuse et blonde

Le serveur me regarda comme si il ne comprennait pas mes mots et repartis comme il etais arrivé

dommage me dis-je j 'aurais bien fait sa conaissance  , mais comme etant tres timide ,me remis juste derriere une colonne pour ne pas etre vu et pouvoir observer ; et garder un champs de vision sur cette magnifique femme au cheveux soyeux
Revenir en haut Aller en bas
zabrion



Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mer 25 Déc - 10:36

"une jolie damoiselle cheveux de blé , posa question mais étais se pour moi "

zabrion tourna tete ,  mais nul était derrière lui , dans le mouvement ,faucon se posa sur épaule

"donc par ma foie c est bien  pour moi mais pourquoi diantre me parle t elle de mes bourses aurai je oublier de fermé bouton de mon froque en sortant de calèche!"

 jette  oeil discret , tout est clos comme il se doit .ouff puis sourit a la dame a pleine dent

bien le bonjours gente dame fait claqué talon comme un soldat
je me présente a vous je me nome  zabrion  garde de chasse et sergent de louvèterie royal
prend délicatement la main de la jeune femme,il avait vu  faire sa par les beaux damoiseaux et noble gens.
il depose ces levres  sur la blanche main "rien a voir avec les mains rugueuses qu il a connu au pres des manantes et paysannes "
 se releve .puis montre du doigt son faucon .

lui c est ailes d argent grand destructeur de souris et de moulte autre vermines.
avez vous déjà un chevalier servant ?, si non le qua échéant , je peu vous tenir compagnies pour la noces .

il croise le regard du chevalier qui épie la jeune  femme  , lui adresse un mouvement de tete pour le salué.


Dernière édition par zabrion le Jeu 26 Déc - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lunacy

avatar

Date d'inscription : 27/06/2013
Localisation : Ici

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mer 25 Déc - 17:53

Il avait été, en son temps, un des grands seigneurs qui travaillaient pour le Royaume… Il avait eu quasiment toutes les fonctions possibles et inimaginables… et avait même été Connétable lors de la Grande Guerre… Mais ce temps là était révolu.

Depuis que la nouvelle Royauté avait réuni tous les clans sous l’unique oripeau de la Chrétienneté, il n’y avait pas à dire : on se faisait royalement sécher les sacoches au soleil comme disait son vieil ami, en bref on crevait d’ennui sur ces terres.

Lui ce qu’il aimait c’était se battre… Déchirer les armures à coups de flamberge ou maltraiter les cavaliers avec sa bardiche… Faire jaillir le sang, taillader les corps mais surtout vaincre !!!
Mais ce temps était vraiment révolu… Il avait disparu en même temps que… Ah, comme elle lui manquait… pourquoi diantre avait-il fallut qu’elle le quitte pour…
Il lui aurait vraiment foutu toute sa vie en l’air en fait ce con !!!

Lunacy, s’était réfugié sur son lopin de terre, durement gagné après ces années de bons et loyaux services… Il chassait… chassait et parfois même chassait… le daim et la biche… Toutes les biches !!! Mais aucune n’arrivait à la hauteur de sa dulcinée ! Mais même la chasse avait fini par l’ennuyer et il s’essayait maintenant à un nouveau sport qui lui prenait tout son temps et dans lequel il commençait à exceller… Voleur…

Cela l’amusait de passer un jour ou deux en prison, ils les avaient quasiment toutes faites… Il aimait rencontrer et discuter avec la fange que l’on peut y trouver. Ces hommes et femmes étaient là sans artifice… naturels ! Une fois il avait même eu droit au gibet en sentence… Heureusement qu’il avait toujours sur lui sa lettre de recommandation de la Cour qui l’avait tiré là d’un bien mauvais pas.

Il avait vu le coursier arriver et l’avait accueilli chaleureusement, l’invitant à venir se réchauffer un instant à l’intérieur, un peu de compagnie était toujours agréable…

Une invitation pour un mariage… On se souvenait de lui !!!
Pourquoi pas… C’était un évènement important et il y rencontrerait certainement de vieilles connaissances…

Et c’est en en compagnie du coursier, du moins sur une partie du chemin, qu’il prit la route pour le château, en habits modestes mais propres, sa longue cape sur ses épaules, la capuche le protégeant du froid de l’hiver et son cheval le menant droit devant.

Il préféra laisser sa monture dans une petite étable, payant grassement le propriétaire des lieux, à l’extérieur du château et faire une entrée plus simple dans celui-ci…

S’annonçant aux gardes, le plus vieux le salua :

Messire Lunacy ??? J’ai servi sous vos ordres…
Jean !!! Jean Bon De Parme ?! Par Belzebuth quelle magnifique surprise !!!
Allez venez avec moi, entrons ensemble et allons boire un godet que vous me racontiez les dernières chimères du castel !

Je ne peux Messire je suis de garde !
De garde, mais Chef de la Garde à ce que je peux voir…
Allez, déléguez un instant !!!


Il le prit par l’épaule et l’entraina avec lui montant les marches quatre à quatre pour pénétrer la pièce déjà bien remplie…


Revenir en haut Aller en bas
GarouX

avatar

Date d'inscription : 25/12/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Mer 25 Déc - 20:53

Assis sur son tabouret, les yeux dans le vide, le bourreau du château se reposait un peu avant de reprendre les tourments qu'il infligeait à un vieillard accusé de magie noire deux jours plus tôt. Malgré ses efforts le vieillard tenait bon et n'avait encore rien avoué. Ce soir il sera mort suite à ces mauvais traitements ou aura avoué tout ce qu'on voulait et donc serait exécuté. Le bourreau avait un bien triste métier, dès qu'il commençait à faire connaissance avec quelqu'un et qu'il l'appréciait, ce quelqu'un le laissait tomber d'une façon ou d'une autre mais toujours définitivement. 

Dans l'escalier qui menait à la cellule, des pas se firent entendre. Un messager demanda au garde posté devant la cellule de délivrer un message du roi au bourreau. En général cela pouvait dire deux choses : le roi demandait à abréger la séance en cours ou au contraire de la faire durer très longtemps. Le garde répondit joyeusement au frêle messager de le faire lui-même. Il ouvrit la porte avec un rire carnassier et poussa le pauvre jeune homme dans le dos afin de l'effrayer (fallait bien se divertir un peu de temps en temps et les occasions ici étaient tellement rares).
- Tu as entendu Marcel ? Un message de notre seigneur pour toi ! Ce fier puceau vient te l'apporter en mains propres ! Et il repartit d'un rire sans joie.
Une fois à l'intérieur, le messager tendit le rouleau au bourreau du bout de ses doigts tremblotants sans trop oser se rapprocher. Les gens avaient peur de lui alors qu'en général c'était les prisonniers dont Marcel s'occupait qui auraient vraiment dû effrayer la populace. 

- Merci jeune homme, dit Marcel en prenant le rouleau avec sa main poisseuse. Il n'avait pas fini sa phrase que le messager était déjà occupé à remonter l'escalier. Le garde restait dans l'ouverture avec un sourire édenté. Il regardait tour à tour le rouleau et la tête de Marcel en faisant des mouvements de sourcils.
- Ben alors tu ne regardes pas ? Il veut quoi cette fois ? Hein ? Allez !
Marcel déroula le message et lut, oui Marcel savait lire contrairement à la plupart de ses collègues. Et ses yeux s'agrandirent tellement en lisant que le garde se rapprocha pour lire derrière lui.
- Ça alors... ça m'en bouche un coin ! Le roi t'invite à la grande réception dont tout le monde cause ?! Je comprends pas...
Sur quoi Marcel répondit:
- Moi non plus René, je ne comprends pas...
Il se regardèrent tous les deux, hébétés, pendant de longues secondes. Finalement Marcel se leva, trancha la gorge du vieillard et annonça en remontant l'escalier :
- Faut que je me dépêche de me préparer, je crois que je vais être en retard !
Et René ne lui répondit rien, sa bouche restant grande ouverte comme elle l'était depuis plusieurs minutes maintenant.


 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Aerundiel

avatar

Date d'inscription : 23/10/2013
Age : 34

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 11:03

Assise devant un petit bureau seul dans son échoppe, Aerun travaille avec minutie l’objet bien serré entre deux attaches, biseau en main. Ses longs cheveux roux descendent en cascade le long de ses épaules, son regard est sévère mais adouci par un visage amical et un léger sourire ne laissant que supposer sa trentaine bien entamée.


 L’heure étant déjà bien avancée, elle s’exclame :
       - « Déjà si tard… je dois finir cette commande au plus vite si je ne veux pas y passer la nuit ! »

Une bougie sur son pupitre et la lueur du feu encore vivace dans l’âtre lui permettent de distinguer l’ornement qui se dévoile sous sa main habile. Alors que la nuit, sombre, s’immisce par la seule petite fenêtre donnant sur la ruelle, le vent fait claquer l’enseigne où est inscrite : ‘Aerun Diel, l’artisane aux abois de vos sculptures sur bois’, gravure accompagnée d’un relief explicitant son métier.


Concentrée, elle n’entend pas que quelqu’un vient de frapper à plusieurs reprises à la porte. De l’autre côté, un jeune garçon, frigorifié, se trouvant sans réponses prend l’initiative de montrer prudemment sa tête à travers la fenêtre, lanterne sous lui.


A ce moment, Aerun, étouffe un cri de stupeur, devant l’image quasi monstrueuse induite par les ombres qui vient d’apparaître dans l’encadrement, mais se rassure lorsqu’elle entend une voix amicale à travers les petits carreaux colorés du vitrage :
      - « Oh, ma Dame, je ne voulais pas vous effrayer. C’est que vous ne répondiez pas à votre porte et voyant de la lumière, cela me semblait indiquer que vous n’étiez pas encore couchée. »

Reconnaissant le page du château, Aerun ouvre rapidement la porte après avoir retiré la barre posée sur deux gorges du chambranle, finement sculptée de petits personnages aussi divers qu’inquiétants.
      - « Ne restez pas dehors, entrez-vous réchauffez, je dois avoir un restant d’infusion qui chauffe encore dans l’âtre. »

Le coursier tend alors une petite enveloppe marquée du sceau du château.
      - « Milles mercis mais j’ai loin d’avoir fini ce qui m’occupe, voici pour vous ma dame. »
      -  « Eh bien, ce doit être une nouvelle de la plus haute importante pour que vous soyez à cette heure encore à la tâche. »

Prenant la missive et l’inspectant rapidement, Aerun relèvent les yeux. Mais déjà, le jeune, l’air pressé, la salue rapidement avant de retourner à rapides enjambées dans la ruelle. Refermant la porte, Aerun ouvre le pli délicatement et commence à lire la courte missive. Un sourire apparaît sur ses lèvres et elle se dit pour elle-même : *Ca va faire du monde dans les environs, très intéressant...*

Sitôt déposé le message dans une petite boîte, des copeaux de bois volent déjà dans les airs sous ses coups précis.


Dernière édition par Aerundiel le Jeu 26 Déc - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cara

avatar

Date d'inscription : 09/12/2013
Age : 47

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 11:20

" Souri amusée de voir le jeune homme poser son regard aussi discrètement que possible vers le bas me penche et lui murmure "

- Je ne parlais pas de ces bourses là jeune homme mais de celles des gens que vous avez en tête de détrousser

" Le laisse prendre ma main et lui souri tendrement en retour "

- Non je ne suis pas accompagnée messire, nul besoin de venir accompagnée je sais toujours que je trouverai un compagnon pour la soirée, mais je pense que vous trouverez sans mal une jeune femme pour vous servir de compagne pour la soirée messire, car apparemment mon destin m'appelle vers d'autre horizon et je suis certaine que nos chemins se croiseront à nouveau tout au long de cette soirée mon cher

" Me penche à nouveau vers lui "
- Mais de grâce prenez garde à ne pas laisser trainer vos mains n'importe où ce soir cela pourrai s'averer dangereux croyez moi

" Tend ensuite la main vers le faucon qui approche son bec comme pour y déposer un baiser " Bonjour toi tu es très beau tu sais, veille bien sur ton maître pour moi veux tu? Ne le laisse pas faire de bêtises ce soir " Le faucon hoche la tête comme si il avait comprit le message "

" Sens dans mon dos un regard posé sur moi, me tourne lentement, croise celui du chevalier et lui souri, laissant mon charmant compagnon chercher une autre demoiselle à séduire et me dirige vers lui "

- Bonjour messire vous avez l'air un peu perdu parmis cette foule
Revenir en haut Aller en bas
Estel

avatar

Date d'inscription : 04/12/2013
Age : 17
Localisation : camp mercenaire

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 12:18

Robie était intimidée . pourtant , en tant que tavernière elle avait l'habitude de se retrouver au milieu de population hétéroclite . Elle respira un grand coup , et s'avança un peu.

Elle ne quitta pas sa cape de velours rouge comme le lui avait conseiller sa grand-mère, il est vrai qu'il ne faisait pas très chaud dans le chateau

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
zabrion



Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 12:58

il regard le jolie épis de blé  partir vers le preu mais timides chevalier ...il regard cette démarche chaloupé sans aller " soupire "

par ma foie ce sera pour une autre fois que je gouterais au délice d une courtisane ,et qui sais peu etre ce soir j y gouterai dans des draps de satin blanc . pas tout a fait  bredouille , je devrais avoir honte , mais chapardeur  je suis...
range le bracelet  de la dame dans sa bourse

son ventre le rappel a l odre , il  crie famine , il hume l air  est se dirige a pat de loup vers des plateau d amuse bouche
des petites brochettes de coeur  de pigeon  ,des œufs de cailles et autre gourmandise royal
prend une brochette et un verre  de vins de cornouaille , du moins c est se que le page lui a dit ,il goute la vinasse  ...

pas terrible la vinasse , s elle de l auberge du village est bien meilleur , il a du se faire abusé sur la qualite le seigneur par vile marchand .par  contre les cœur sont succulent un vrais delice.

en enleve un  cœur de la brochette le donne a mange a ailes d argent qui le mange goulument .il s installe sur chaise ou ne trone personne et regard la foule des bonne gens .pose le faucon sur le dossier , lui s installe nonchalamment comme sur une couche. lance la viande en l air et les rattrapes avec la bouche .

il regarde la tete a l envers sur son siege ,une jeune damoiselle entre arborant une cape rouge sang .
tien le petit chaperon rouge ,mais ou est le grand mechant loup...

regard dans la foule des convives  et vois au font de piece  un triste sire qui pourrait faire cette office .hahahaha!!


Dernière édition par zabrion le Jeu 26 Déc - 14:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
sourispunk

avatar

Date d'inscription : 03/12/2013
Age : 49
Localisation : dans les sapins

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 13:24

le duc de macvin , était la derrière sa colonne, en observation et dans ses pensée, quand tout a coup



une voie douce et enchanteresse viens le faire sortir de ses songes.


-bien le bonsoir gente dame , me nomme Duc DE Macvin, enchanté , oui il est vrai que je n 'ai pas l'habitude de côtoyer tant de monde , je suis un solitaire

Etant tres impressioneré par cette si belle personne , ne savait quoi dire , mais au passage avait apercu



une jeune chaperon rouge l l'air perdu .

-Voudriez vous partager une coupe , avec moi , heu pardon je ne sait comment vous nommer
Revenir en haut Aller en bas
Isillindrill

avatar

Date d'inscription : 22/06/2013
Age : 117

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 14:08

Oh nuit, belle nuit, sous un ciel d’Italiiiiiie, on t’appelle Beeeeeeella Notte.
Et sous les cieux, des étoiles plein les yeux, on t’appelle Beeeeeeeeel...

*TOC TOC TOC*

Quoi encore ?

La porte s’ouvrit sur une jolie jeune femme.

Pas encore parti ? C’est le jour à ne pas manquer au château !
Crévindieu, déjà ! Pars devant, je te rattraperais.

La jeune femme éclata de rire.

Bien sûr grand-père, je dois m’occuper des p’tits moi ! Et essaye de ne pas te brûler, je ne recouds plus ton costume!

Elle déposa une bise sur sa joue et ressorti de la pièce. Elle n’était pas soucieuse, il avait été dans son jeune temps, un des meilleurs, mais c’était il y a bien longtemps. Il voulait montrer qu’il savait encore s’y faire et que sa retraite n’était pas encore là.

Tambielo se leva (péniblement) de son tabouret, fit craquer ses os, enfila son bonnet, ses chausses, prit deux bâtons de bois, quelques morceaux de tissus et un enduit (dont la recette était jalousement gardée) afin de faire flamber le tout. 


La route fut longue, froide malgré la cape qu'on lui avait mise de force, mais il ne se serait plaint pour rien au monde. Trop vieux ? Lui ? Nenni ! Il se rendait donc cahin-caha vers le château. Il soupira quand il vit la foule. En retard, bien en retard qu’il était. Il se faufila jusqu’aux portes. Il fit un clin d’œil à l’un des gardes. C’était le petit de la voisine de sa nièce. Celui-ci lui avait promis de le faire entrer. Il parut soulager de le voir car il était presque trop tard. Il suivit le garde jusqu'aux portes de la grande salle, nous restons un instant à l'écart, le temps que des grands noms se succèdent. Le capitaine l’annonce alors, de la même manière dont il avait annoncé plus tôt dans la soirée un ménestrel:

  
Le meilleur maître de feu mon seigneur
 
Il s’avança, salua aussi bas que possible et avec un sourire qui ne ferait aucun jaloux, il dit :

Tambielo, à votre service, Monseigneur.

Sans prévenir, il allume un bâton et se met à jouer avec. Ce n’est pas la première fois qu’il fait un spectacle ici. Le seigneur du lieu lui fait signe de continuer, son attention de suite détournée par d’autres personnes plus importantes.

Il se posta à un endroit stratégiquement, ses mouvements eurent tôt fait de libérer de la place. Les gens ne se frottaient guère de trop près au feu. Bientôt, il eut quelques intéressés. La soirée semblait bien partie.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Isillindrill le Jeu 26 Déc - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Estel

avatar

Date d'inscription : 04/12/2013
Age : 17
Localisation : camp mercenaire

MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   Jeu 26 Déc - 14:19

Elle ne s'approcha pas du feu. Elle observait le jongleur de loin.
elle s'avança un peu tout en restant discrète.


Dernière édition par Estel le Jeu 26 Déc - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NOEL, bloody Noël   

Revenir en haut Aller en bas
 
NOEL, bloody Noël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Joyeux noel à tous!
» Joyeux Noel à tous
» Bùche de noel au cafe
» Joyeux Noel
» joyeux noel et bon bout d'an !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Werevolves have never gone :: Werevolves Role Play :: [archives] BLOODY NOEL-
Sauter vers: